‘Au Siam’, le fascinant récit de voyage des Jottrands

0
13

Les lecteurs réguliers de Thailandblog savent que de temps en temps je m’arrête pour penser à une publication frappante de ma bibliothèque de travail asiatique bien fournie. Aujourd’hui, je voudrais réfléchir sur un livre sorti des presses à Paris en 1905 : ‘au siam’ qui a été écrit par le couple wallon Jottrand.

Emile Jottrand est né le 9 février 1870 à Fontaine-l’Evêque comme deuxième fils de la famille d’Achille Jottrand et de Laure Sainclette. Son frère Ernest, de deux ans son aîné, deviendra marchand de charbon et mourut assez jeune, à peine âgé de 45 ans en mars 1914. Emile choisit une carrière juridique et obtient en 1896 avec mention un doctorat en droit à la Université Libre de Bruxelles. Il épouse Denise Weiler (1872-1973) le 23 juillet 1898. Ce mariage a eu lieu quelques semaines à peine avant que les tourtereaux ne s’installent à l’autre bout du globe. Car d’octobre 1898 à fin 1902, le couple séjourne à Bangkok, ce qui est extrêmement exotique pour de nombreux Occidentaux.

Emile Jottrand était l’un des quatorze avocats belges qui appartenaient à la soi-disant « Missie Rolin-Jaequemyns ». Ce groupe d’experts juridiques, dirigé par l’ancien ministre belge de l’Intérieur Gustave Rolin-Jaequemyns et son gendre Robert John Kirckpatrick, a été invité par l’influent prince siamois Damrong au nom du roi Chulalongkorn pour remodeler le système juridique siamois sur une base occidentale. C’était nécessaire si le Siam voulait gagner le respect de la communauté internationale, lisaient les puissances coloniales occidentales.

Dans le cadre de cette mission, Jottrand est devenu membre de la Cour internationale de justice, qui siégeait à Korat. Ce titre est plus impressionnant que la réalité. En fait, cette Cour était une juridiction qui jugeait des différends entre des ressortissants de divers pays occidentaux résidant au Siam, sur lesquels la justice siamoise de l’époque, en application du principe d’extraterritorialité, n’avait pas compétence. Le siège de Jottrands dans le Borisapha ou la Cour d’appel de Bangkok. Ici, il a indéniablement contribué à la réforme radicale et à la réécriture du droit siamois. Alors que Jottrand avait le nez dans les livres de droit, sa gracieuse épouse est devenue une invitée bienvenue aux soirées mondaines de la communauté des expatriés dans la capitale siamoise.

Après son retour en Europe, Jottrand fut l’un des rares anciens membres de la mission Rolin-Jaequemyns à ne pas avoir opté pour une carrière diplomatique ou juridique. Il devient directeur de la Institut Supérieur de Commerce, l’Institut Supérieur du Commerce de Mons. Ce collège a été fondé à l’origine comme le Institut commercial des industriels du Hainaut et devait délivrer des universitaires qui devaient diffuser l’expertise commerciale et industrielle belge à l’étranger et plus particulièrement dans les territoires d’outre-mer.

Dans le belle Epoque le pays avait un énorme belle Epoque la métropole, comme le reste du pays, avait réalisé un énorme rattrapage économique. Ils puisaient sans scrupules dans les richesses inimaginables de la colonie en Afrique et se frayaient apparemment un chemin sans effort jusqu’au front du peloton industriel moderne. La Belgique avait non seulement le premier chemin de fer continental et était le pays le plus peuplé d’Europe, mais elle s’était également développée en très peu de temps pour devenir la cinquième économie mondiale et le quatrième des pays exportateurs. Jottrand a été l’un des hommes qui, en raison de son expérience internationale, a été choisi pour mener ce processus.

En 1905, le couple publie avec la maison d’édition Plon-Nourrit et cie. à Paris leur livre ‘Au Siam – Journal de Voyage de M. et Mme. Jottrand’. Facile à lire et intéressant à ce jour, ce livre contenait les récits des voyages et des aventures du jeune couple dans la région. Une grande attention a été portée non seulement à l’histoire et à la culture du Siam, mais aussi au folklore, à la faune et à la flore, avec une pour un Occidental de l’époque, une neutralité et même une compréhension remarquables. Il était clair que la terre et les gens avaient fait une impression indélébile sur les Jottrands. Une affirmation qui s’appliquait en fait aussi à à peu près toute l’Asie du Sud-Est, car le Laos, le Cambodge et le Vietnam, entre autres, ont indéniablement inspiré les Jottrand.

La famille Jottran

après’au siam’ Jottrand y avait manifestement du goût. Il est devenu un véritable globe-trotter qui a beaucoup visité la Chine et les États-Unis, entre autres. Emile Jottrand écrivait régulièrement des livres et publiait des articles sur l’Asie du Sud-Est. En 1938 est apparu au Librairie Vanderlinden son dernier livre ‘Promenades géographiques‘ avec une préface du ministre libéral et éminent concitoyen Fulgence Masson.

Emile Jottrand était l’un des invités d’honneur qui a rencontré le roi Bhumibol lors de sa visite d’Etat en Belgique en 1960. En 1964, Jottrand, aujourd’hui âgé de 93 ans, est interviewé par Christian de Saint-Hubert pour son article sur les conseillers belges au Siam. , qui a été publié peu de temps après. Le Journal de la Société Siam. Le dernier voyage d’Emile Jottrand a commencé lors de son passage à Bruxelles le 24 mars 1966.

À ma connaissance, l’édition la plus récente de Au Siam, le journal d’un conseiller juridique du gouvernement du roi Chulalongkorn, paru en 1996 par White Lotus Press. Une édition était même censée avoir été publiée par Kessinger Publishing en 2010, mais je n’ai pas mis la main dessus jusqu’à présent. En 2011 est apparu ‘Touristes belges en Birmanie, Siam, Vietnam et Cambodge (1897 & 1900)‘ un ouvrage qu’Emile Jottrand avait co-écrit avec Puc Chaudoir dans une traduction de Walter EJ Tips, toujours chez White Lotus Press.


Pas encore de votes.

S’il vous plaît, attendez…

  1. RNO dit sur

    Belle et intéressante histoire.

  2. Rob V. dit sur

    Merci Han pour cela et votre contribution précédente. Lotus press (ré)imprime de beaux titres. Le ver à soie est mon préféré cependant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here