Blog Ambassadeur Kees Rade (18)

0
11

L’ambassadeur des Pays-Bas en Thaïlande, Kees Rade.

L’ambassadeur des Pays-Bas en Thaïlande, Kees Rade, écrit un blog mensuel pour la communauté néerlandaise, dans lequel il décrit en termes généraux ce qu’il a fait le mois dernier.


Chers compatriotes,

La Thaïlande vient d’entrer dans la troisième phase de la réouverture du pays. Heureusement, la vie normale commence à revenir de plus en plus. De nombreux magasins sont à nouveau ouverts, de nombreuses entreprises ont redémarré. Mais cela ne veut certainement pas dire que nous sommes revenus à la situation d’avant le début de la pandémie. On peut même se demander si nous y retournerons un jour.

Au cours des dernières semaines, j’ai participé à de nombreux Webinaires sur les différentes dimensions de ce sujet. Par exemple, sur la question de savoir à quoi ressemblera le tourisme en Thaïlande dans quelques mois. De grandes quantités de vols bon marché atterriront-elles toujours à Phuket ? Les Full Moon party à Koh Phangan seront-elles encore possibles ? La Thaïlande ne devrait-elle pas utiliser la bonne réputation qu’elle a acquise en luttant efficacement contre le COVID-19 pour attirer plus de touristes du haut de gamme du marché ?
Bien entendu, l’économie était également au cœur de ces webinaires. Beaucoup d’opinions divergentes, la plupart des économistes s’attendant à une modeste reprise de la croissance au second semestre de cette année. Mais ce que l’on appelle la croissance en V, ou un ralentissement brutal, suivi d’une reprise économique rapide, est considéré par peu comme probable. Trop d’entreprises ont rencontré des problèmes pour cela, et la reprise de la demande sera trop lente pour cela. Ce qui est convenu, c’est que ce seront les petites entreprises et le secteur informel en particulier qui continueront à lutter pendant un certain temps encore.

Lors des webinaires consacrés à la situation politique, plusieurs ONG se sont interrogées sur la nécessité d’appliquer le décret d’urgence. Ils ont signalé une utilisation abusive de ce décret pour contrecarrer les opposants politiques, pour rendre les manifestations étudiantes impossibles et pour arrêter les plaintes du personnel médical concernant une pénurie d’équipements de protection. Il sera intéressant de voir ce qui se passera une fois le décret levé, ce qui devrait se produire dans un avenir proche. Quoi qu’il en soit, l’une des conséquences les plus spécifiques de ces webinaires est que je suis, et beaucoup d’autres avec moi, devenus un expert des nombreux systèmes de conférence différents qui existent sur Internet. Ne perdez jamais une bonne crise…

J’ai également eu le plaisir d’avoir une visioconférence avec notre ministre du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, Sigrid Kaag, le 20 mai, ainsi que quatre autres ambassadeurs néerlandais de cette région. Elle était impatiente de nous entendre sur l’impact du COVID-19 sur les équipes des ambassades et sur « nos » pays. Naturellement, elle était très intéressée par la question de savoir dans quelle mesure cette crise affectera les opportunités économiques pour les entreprises néerlandaises de faire des affaires dans cette partie du monde. Ce qui m’a frappé, c’est que nous avons tous brossé un tableau relativement positif des perspectives économiques de notre région, pas tellement à court terme, mais certainement à partir de 2021. Sur la base en partie des prévisions d’institutions telles que le FMI et la Banque mondiale, et des experts nationaux, tous les collègues s’attendent à une croissance raisonnablement forte l’année prochaine. Face aux sombres perspectives de nombreuses autres régions du monde, cela représente une opportunité pour les entreprises néerlandaises. La crainte que le conflit entre la Chine et les États-Unis se poursuive pendant un certain temps même si l’occupant de la Maison Blanche est changé peut également être une raison pour les entreprises de s’installer en Asie du Sud-Est. Ce fut une conversation motivante, qui donne à notre ambassade une nouvelle énergie pour continuer à planifier des activités pour le reste de l’année. Malheureusement, il faudra un certain temps avant que nous puissions réellement recevoir des missions tant que l’exigence de quarantaine est maintenue. En ce sens, la suggestion du ministre Kaag de réfléchir aux missions numériques est certainement quelque chose à retenir.

Quoi qu’il en soit, il reste encore beaucoup à faire, dans le domaine économique et dans le domaine consulaire. Heureusement, « La Haye » nous a permis de rouvrir certaines parties des services consulaires normaux. Espérons que les capacités de back-office aux Pays-Bas seront bientôt à un niveau tel que nous pourrons revenir à notre offre de services normale, dépendant bien sûr également de la réouverture des frontières européennes. Nous nous rendons compte que ne pas pouvoir voyager librement entre la Thaïlande et les Pays-Bas cause des problèmes à de nombreuses familles. Accrochez-vous encore un peu !

J’espère que les chiffres positifs en Thaïlande en termes de nouvelles infections pourront être maintenus dans un avenir prévisible, et que petit à petit nous nous dirigerons vers la nouvelle situation normale, quelle qu’elle puisse ressembler. En attendant, restez en bonne santé !

Sincères salutations,

Kees Rade


Pas encore de votes.

S’il vous plaît, attendez…

  1. Jan dit sur

    Avec tout le respect que je dois à l’ambassadeur Kees, « accrochez-vous ».
    Une idée de combien de temps ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here