‘Enfermé’ au paradis

0
11

Ainsi, le gouvernement thaïlandais veut désormais autoriser uniquement les étrangers fortunés à l’intérieur des frontières. Un objectif noble certes, mais quelques décennies trop tard. Là où jusqu’à présent la politique visait à repousser autant d’obstacles que possible dans le pays, il s’agit maintenant soudainement de la qualité au lieu de la quantité. Je le prédis : c’est un plan voué à l’échec.

Au début de ce siècle, j’ai visité l’île de Koh Chang. À cette époque, il était encore pratiquement intact, avec quelques complexes de luxe. Les bars étaient absents à l’exception de trois. On ne pouvait y boire qu’une bière. Selon la Tourism Authority of Thailand (TAT), l’île était destinée à attirer des clients haut de gamme. Il fallait à tout prix empêcher l’île de devenir un centre de divertissement à la Pattaya, Phuket ou Samui. Une décennie plus tard, cette politique s’est avérée avoir lamentablement échoué, voyez ce qui s’est passé sur White Sand Beach, y compris la pollution, les bars à bière et les hôtels bon marché.

Le TAT s’est toujours préoccupé du nombre d’étrangers. C’était toujours plus, de plus en plus. D’où peu importait que ce soit la Chine, la Russie ou l’Afrique. Avec seulement un billet en poche, des routards, des chinois en tournée et même des criminels sont entrés dans le pays.

Jusqu’à ce que les choses deviennent incontrôlables, aussi parce que la plupart des Thaïlandais n’ont aucune idée de la valeur de leur propre pays. Les belles plages sont polluées, les îles tropicales sont de véritables dépotoirs, les villes se sont congestionnées et les habitants ont le souffle coupé. Des millions de touristes se sont précipités vers le « Pays du sourire ». Ils ont apporté une prospérité relative, mais ont également piétiné ce pour quoi ils étaient venus. Avec la police, l’armée et les gouvernements corrompus, c’était une bonne affaire et les arbres (de plus en plus clairsemés) semblaient pousser dans le ciel.

Covid-19 a jeté une clé dans les travaux pour la cuisine thaïlandaise. La Thaïlande est restée immobile pendant la nuit. Les hôtels, les restaurants, les centres commerciaux et autres ont fermé leurs portes et le personnel était dans la rue. Les étrangers n’ont soudain plus été autorisés à entrer dans le pays.

Cela semble maintenant être un outil formidable pour le gouvernement thaïlandais actuel pour réinitialiser le pays. La Thaïlande pour les Thaïlandais et pour les étrangers fortunés qui peuvent se permettre de séjourner quelques semaines dans des resorts luxueux. Une sorte de Maldives, donc. Quelques étrangers avec un permis de travail et quelques autres experts sont admis, à condition qu’ils soient en bonne santé, les autres doivent fermer à l’arrière.

Aussi bonne qu’elle soit pour la nature, cette politique ne fonctionnera pas, car laissez l’ours partir. Les complexes chics appartiennent à des Thaïlandais déjà riches et ils ne font que s’enrichir de cette façon. Les dizaines de milliers d’hôtels et de chambres d’hôtes moins chers sont sans clients et les employés sans travail/argent. À court terme, cela entraîne des troubles parmi la population, mais aussi parmi les compagnies aériennes, les voyagistes et tous ceux qui vivaient de la clientèle étrangère jusqu’en mars de cette année. La Thaïlande pour les Thaïs ? Oui, uniquement pour les personnes qui peuvent se permettre de voyager. Si les étrangers restent à l’écart, beaucoup d’entre eux gagnent également moins. Ils doivent payer la maison, la voiture et l’éducation des enfants et ont de moins en moins d’argent pour profiter de leur propre pays.

Et les 150 000 étrangers estimés dans le pays ? Ils sont enfermés au paradis. Ils peuvent quitter le pays avec quelques difficultés, mais ne sont pas autorisés à entrer pour le moment. Les obligations nécessaires, mais pratiquement aucun droit.

Il semble que la Thaïlande, aussi bien intentionnée soit-elle, jette le bébé avec l’eau du bain. « Les gentils entrants, les méchants sortants » semble prometteur, mais cela ne devrait pas se terminer par « Tous les gars dehors, personne ne rentre ».


Pas encore de votes.

S’il vous plaît, attendez…

  1. Erik dit sur

    Hans ‘Glass Ball’ Bos, je pense que tu as tout à fait raison.

    Le riche touriste, c’est qui ?

    Les quelques chanceux ?
    Le retraité aisé, commerçant, investisseur ?
    Hank et Ingrid ?

    Maintenant, avec cette couronne, vous voyez très clairement quelles sont les conséquences si vous gardez ou chassez le touriste de masse pour des raisons médicales. Et ils veulent rendre ce lotissement permanent ? Vous l’avez écrit vous-même : la pauvreté monte en flèche (déjà maintenant, la distribution de nourriture est désespérément nécessaire), la criminalité augmente (vous voyez vos enfants mourir de faim et puis vous commencez à voler de la misère), les gens n’ont plus les moyens de payer, les terres et les cyclomoteurs sont confisqués , un cercle vicieux qui ne finit jamais.

    Un plan malheureux de ce gouvernement qui apparemment ne regarde même pas les pays voisins ; Le Cambodge est maintenant aussi plein de pauvreté, plus que d’habitude là-bas, et au Laos et au Vietnam il y a des troubles sociaux parce que les gens n’ont rien à faire et les gros garçons se remplissent les poches.

    Conseil? Ils n’accepteront pas cela, mais il y a des experts dans le monde où ils peuvent l’obtenir.

    OUVRIR ce pays, promouvoir les compétences linguistiques, enfin faire quelque chose contre la corruption et ne pas faire attendre des heures pour un timbre. En ce qui me concerne, vous avez raison : cela ne fonctionnera pas du tout et son propre peuple en souffrira beaucoup. Mais en Thaïlande, les troubles réagissent avec le nœud, pas avec la pensée.

  2. Erik dit sur

    Aujourd’hui, dans le BKK Post, un article sur cette intention, entre autres.

    https://www.bangkokpost.com/opinion/opinion/1937256/thailands-strategic-path-is-rudderless

  3. Marco dit sur

    Cher Hans, qu’ils ne t’ont pas encore demandé de poste au gouvernement ou en tant que conseiller.
    Vous résolvez le problème pendant un certain temps entre le petit-déjeuner et le déjeuner bien fait.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here